Maitresse AVA
Maitresse AVA Qui suis-je mistress AVA
mes exigences
contact
lien
confession erotique
mistress AVA
maitresse AVA                  Langage francais  English langage
Banniere de dominatrice paris

dominatrice paris, maitresse ava, superbe maitresse pour esclave-soumis masochiste, homme-objet de plaisir acceptant tout fétichisme du cuir, du pied et du talon aiguille, cuirvinyle sexy-class, humiliations sévères, punitions dures, contrat définitif, chaînes glacées, don de soi, longs face-sitting, pénétrations profondes, féminisation fatale, viols répétés exercés sur homme attaché ou séquestré, domination du sexe - et tout ce qui peut plaire à Mademoiselle Ava Swann, maitresse domina de possession extrême.

Ecume des jours


Le vendredi, 19h30

Maintenant c'est au tour de Jean-Jacques. Charmant, jovial et attentionné, il affectionne le ciré noir. Il est vrai que moi-même, j'adore cette matière. Et quand je sors dans la rue cheveux aux vents, vêtue d'un pantalon moulant en vinyle, avec des bottes, un perfecto, des gants en cuir et un petit haut moulant, j'ai remarqué que les hommes s'arrêtent net, pétrifiés comme des statues de sel. Qu'ils soient seuls ou avec leur femme. Et de ce fait, j'évite cette tenue dans la vie. Pour ne pas provoquer des drames. En revanche, je ne m'en prive pas avec mes hommes-objet. Pour les posséder et sentir l'emprise que j'exerce sur eux. Voir leur regard chavirer, leur volonté se fondre, leur joli sexe et leur petit cul s'offrir. Et là, ce qu'aimait Jean-Jacques, en plus du vinyle, c'est que je lui fasse les gros yeux. Aujourd'hui, vendredi soir, je repense à cette semaine passée avec grand plaisir. Je m'étais décidée à plus de sélectivité et, de ce fait, la qualité de mes plaisirs s'en est trouvée rehaussée. Mes hommes-objet furent choisis, variés, multiples, délicieux. Pas un seul faux pas ! Raffinement, plaisir de l'extrême, sentiment de m'être retrouvée transportée hors de la trivialité des réalités sociales, dans un monde de rêve tissé de l'essentiel : la fusion avec l'Autre.
Assez curieusement et contrairement à ce que l'on pourrait s'imaginer, je me suis aperçu que ces rencontres à priori libertines, induisaient une grande affection, une forme particulière de l'amour que je ne connaissais pas. Comme quoi, posséder activement un homme, faire qu'il se donne et ne recherche qu'un seul état : appartenir !, engage forcément à une forme de don de soi.

Ava Swann
Banniere de dominatrice paris
Maitresse WS